Actualités 2020

Page d'accueil/Actualités 2020

04/10/2020 – Une visite au Musée Dauphinois

Après la traversée du ravissant jardin clos qui orne le cloître, nous sommes allés voir l’exposition sur les refuges.

Perchés dans la montagne on trouve parfois les refuges des premiers aventuriers, traceurs de voies vers les hauts sommets alpins. Puis, lorsque les alpages se couvrent de sentiers de randonnée, que la montagne devient un terrain de sports et de loisirs, le refuge se transforme en lieu d’accueil gardé jusqu’à devenir parfois un hôtel d’altitude.

Avant de quitter le musée, nous avons fait un tour dans le jardin découvrir le refuge tonneau de Charlotte Perriand, qui ressemble à une fusée nous ont dit quelques accueillis qui ont été très étonnés par la découverte de ses refuges de haute altitude qui surplombe de vastes espaces escarpés.

 

01/10/2020 – Le nouveau programme de Partage & Découverte

A Grenoble, ou un peu plus loin, nous vous proposons quelques balades en montagne, une déambulation steet-art à la Villeneuve et, comme le temps s’y prête, des visites d’expositions au Musée Dauphinois et à la Maison de l’International sont aussi prévues ainsi que des spectacles pour les grands et les petits.

Vous êtes Parrains, marraines, vous connaissez des accueilli.e.s de l’Apardap,  échangez avec eux sur les sorties proposées dans notre programme afin de les aider à faire leurs choix.

Pour plus d’information, vous pouvez contacter Ayoub ou Naelle volontaires Service Civique au 0634966075 ou par mail : volontaire.apardap@gmail.com.

Voir le programme 

29/09/2020 – Régulation des sans papiers : marche sur Paris

Grenoble, c’est parti !

Les marcheurs et marcheuses grenoblois.e.s sont parti.e.s ce matin de la gare de Grenoble pour rejoindre Lyon. Ils retrouveront les marcheurs de Montpellier et Marseille pour la manifestation lyonnaise avant de repartir pour Paris le 3 octobre au matin.

Pour l’Isère, c’est autour du CSP38, le Collectif sans-papiers, que cet acte III a débuté (après l’acte I, la manifestation de Paris le 30 mai, et l’acte II, le 30 juin, une manifestation dans les plus grandes villes de France) avec le soutien d’associations grenobloises représentatives.

A l’appel de 15 collectifs de Sans-Papiers, de la Marche des Solidarités, des États Généraux des Migrations et de plus de 120 organisations (dont l’Apardap), des Sans-Papiers marcheront des quatre coins du pays pour atteindre Paris en une grande manifestation le samedi 17 octobre 2020 pour imposer enfin la régularisation de tous les Sans-Papiers, la fermeture des centres de rétention et le logement pour toutes et tous..

13/09/2020 – Obtenir un titre de séjour : l’impossible rendez-vous

En France, pour de nombreux étrangers, déposer une demande de titre de séjour dans une préfecture s’apparente à un parcours du combattant. Depuis quelques années, les préfectures ont dématérialisé la prise de rendez-vous et les demandeurs doivent obligatoirement effectuer leurs démarches administratives sur Internet. Mais il faut parfois attendre un an avant d’obtenir un précieux créneau… Et pendant ce temps, être dans l’impossibilité de travailler légalement et vivre dans la crainte d’être expulsé à tout moment. Nos reporters ont mené l’enquête sur ce dysfonctionnement.

A Grenoble, comme ailleurs, nombre d’exilés, n’arrivent pas à obtenir de rendez-vous à la préfecture pour un renouvellement (titre ou récépissé) ou une première demande de titre de séjour avec toutes les conséquences que cela implique. L’Apardap a pu aider quelques accueilli.e.s grâce à des échanges directs avec le service du séjour de la préfecture.

Vous trouverez ici, une vidéo de France 24 sur ce sujet 

09/09/2020 – Venez nous rejoindre si…

Vous aimez les ballades en montagne ?
Vous aimez la musique ? la danse ? le théâtre ?
Vous aimez les musées ? le street art ? les arts premiers ou la culture tzigane ?
Vous aimez partagez vos enthousiasmes ou vos déceptions ?

Venez rejoindre l’équipe de bénévoles pour participer à la programmation et/ou à l’accompagnement de sorties avec les accueilli.e.s de l’Apardap dans le cadre du programme Partage & Découverte.

Pour plus d’information,  contacter Delphine ou Ayoub, volontaires Service Civique au 0634966075 ou par mail : volontaire.apardap@gmail.com.

08/09/2020 – En recherche d’un service civique dans une association multiculturelle

L’Apardap propose un poste en Service Civique pour l’accompagnement à l’insertion des personnes migrantes. Dans un environnement dynamique, tu travailleras principalement en collaboration avec la secrétaire de l’association, et sous la responsabilité de ton tuteur ainsi que des chargées de communication et du Programme culturel “Partage & Découverte”.

Le poste est à pourvoir à partir du 1er octobre.

Pour en savoir plus 

01/09/2020 – La Maison des accueilli.e.s

Les pièces ont été aménagées, les murs repeints et les activités se mettent en place. La Maison des accueilli.e.s est ouverte du lundi au vendredi tous les après-midi de 14h30 à 17h30, sauf le mardi.

Accueilli.e.s vous pouvez profiter d’une grande salle où faire différentes activités, d’une autre où la machine à café a été installée, d’un salon de lecture et d’un grand jardin pour  jouer à la pétanque ou au Molki. Bénévoles, vous pouvez y tenir vos réunions, même dans la matinée.

Entrée par le 52, rue abbé Grégoire – tram A ou B, arrêt Saint Bruno.

01/09/2020 – APARDAP – Reprise des cours de français

 

Les cours de français de l’Apardap reprendront en septembre, tous les intéressés doivent s’inscrire auprès du secrétariat de l’Apardap ou des services civiques à la Maison des associations – 6, rue Berthe de Boissieux – Grenoble (bureau 115 ou 118).

Ils seront conviés à une réunion de rentrée le 21 septembre à 14h00 dans la salle de conférences de la MDA pour évaluer leurs besoins.

29/08/2020 – Masque obligatoire dans le centre ville de Grenoble

Le masque redevient obligatoire dans le centre ville de Grenoble dès le samedi 29 août.

Pour rappel, le port du masque est aussi obligatoire dans les transports en commun, les commerces ainsi que dans les bâtiments municipaux, et sur les marchés de plein air, les brocantes et les vide-greniers de Grenoble.

Le non-respect de cette obligation est puni de l’amende prévue pour les contraventions de 4ème classe soit 135 euros et, en cas de récidive dans les 15 jours, d’une amende prévue pour les contraventions de 5ème classe soit 1500 euros. Voir la carte du périmètre

Les EGM signent l’appel pour l’Acte 3 des Sans-Papiers

Après les manifestations du 30 mai et du 20 juin, la Marche des Solidarités organise, à partir de septembre, des marches de sans-papiers et soutiens pour réclamer la régularisation de toutes les personnes sans-papiers, la fermeture des centres de rétention, et des logements pour toutes et tous. Ces marches partiront des quatre coins du territoire français pour sillonner tout le pays et convergeront pour une grande manifestation vers l’Élysée à Paris le samedi 17 octobre.

Les États Généraux des Migrations s’associent à ce projet, notamment dans la continuité de leur implication dans la campagne collective de Convergence des appels pour la régularisation de toutes et tous. Ils affirment leur soutien à la démarche, et sont signataires du texte d’appel pour l’Acte 3 des Sans-Papiers.

17/08/2020 – Pétition pour le respect des droits fondamentaux des exilé.​e​.​s à la frontière franco-italienne

 Le 31 juillet, le ministre de l’Intérieur Darmanin annonce depuis Rome la création d’une brigade spéciale franco-italienne qui sera placée sous commandement unique, dans la région frontalière Vintimille-la Roya-Menton ; officiellement, en vue de traquer les filières de passeurs.

N’en croyons rien : ce que les associations de défense des droits humains dénoncent depuis des années a été confirmé le 8 juillet 2020 par le Conseil d’Etat : « la France viole le droit à la frontière franco-italienne ».

Pour faire respecter les droits fondamentaux à la frontière franco-italienne, nous vous remercions de signer et de diffuser tout autour de vous cet appel, lancé par La Roya citoyenne et d’autres organisations, diffusé sous forme de pétition.

Pour le lien de Change.org 

Pour en savoir plus 

31/07/2020 – Une journée au Bois français

Après la balade à vélo, vendredi, jour de grande canicule, la journée au Bois Français a rencontré un franc succès.

Cette sortie a permis un grand bain de fraicheur pour tous et les enfants étaient de la partie … baignade dans le lac, parties de Molkî, siestes dans le hamac, et bien sûr pique-nique partagé.

On remet ça le 5 août, il devrait normalement faire une chaleur raisonnable….

29/07/2020 – Mais quelle drôle d’idée de partir à vélo quand il fait si chaud !

C’est ce que nous nous sommes dit hier en quittant notre point de rendez-vous à la gare devant Métro-vélo.

Mais les berges de l’Isère sont ombragées et la courte pause prévue à l’île d’amour s’est transformée en pause pique-nique et en après-midi de causerie et d’échanges sur l’actualité, le foot, la vie…

08/07/2020 – Ouverture de la nouvelle Maison des accueilli.e.s

Il faisait très beau pour ce jour d’ouverture de la nouvelle maison des accueilli.e.s, mise à disposition par la ville de Grenoble que nous remercions, dans le quartier St. Bruno.

Nos co-présidents, Patricia et Bernard ont présenté ce nouveau lieu de vie que nous partageons avec 3 autres associations (3Amie, cuisine sans frontières et Beyti) et les projets à venir, dont certains en coopération avec les autres associations.

Moments partagés gais et chaleureux à l’ombre du grand catalpa.

01/07/2020 – Manifestation du collectif des jeunes majeurs

Le collectif des jeunes majeurs a défilé aujourd’hui pour demander un toit, une école et la régularisation des papiers. Il y a bientôt un an qu’ils sont passés du statut de MIE (mineur, isolé, étranger) au statut de jeunes majeurs, sans que la Préfecture ne considère leur cas de jeunes majeurs et mette en place un accompagnement comme le prévoit la loi.

01/07/2020 – Jacques Toubon quitte son poste de défenseur des droits

Après six ans de mandat et des prises de positions fortes, Jacques Toubon, défenseur des droits quitte son poste le 16 juillet. A l’occasion, il encourage les Français à saisir l’institution plus souvent.

Il était temps pour le défenseur des droits de rompre le silence ! Dans son dernier rapport paru le 22 juin 2020, «Discriminations et origines. L’urgence d’agir», Jacques Toubon, le défenseur des droits sur le départ, a mis l’accent en toute dernière extrémité sur «l’insuffisance des politiques publiques dans ce domaine», sur le manque d’ambition et d’envergure des mesures prises par le politique et dénonce «l’affaiblissement du discours public sur l’égalité au profit du discours sur l’identité». Il poursuit disant que «La lutte contre les discriminations fondées sur l’origine doit devenir une priorité politique, au même titre que ce qui a été entrepris ces dernières années en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes». Il souligne la «nature systémique» de ces discriminations. Selon Jacques Toubon, si l’expression agace, elle est pourtant «juste», mais «mal comprise». «Les discriminations ne sont pas le résultat de logiques individuelles de quelques DRH qui refusent d’embaucher des personnes noires ou arabes, mais c’est tout le système qui est en cause, un système qui reproduit les inégalités». Au terme de ce rapport argumenté et sévère qui établit un bilan sans fards sur plusieurs années d’indigence en matière de lutte contre les discriminations, en France, le défenseur des droits a recommandé la création d’un «Observatoire des discriminations indépendant» chargé de compiler des données (faits et statistiques) permettant d’évaluer en continu l’efficacité des politiques publiques conduites en ce domaine. Parfait ! A condition que cet observatoire dispose vraiment des moyens de recours notamment contre les institutions (administrations et entreprises) qui sont la cause principale de ces discriminations. N’installons pas de nouvelles bureaucraties incapables, mais privilégions un militantisme efficace capable de procéder à des recours judiciaires contre ces institutions qui discriminent.

24/06/2020 – Déménagement de la rue Duclot

Pause déjeuner après la mise en carton et avant le transport des meubles, documents, livres, jeux, vaisselle et objets divers dans les nouveaux locaux de la Maison des accueilli.e.s situés dans le quartier Saint Bruno. Le chantier de l’aménagement est en cours dans ce nouveau lieu, mis à disposition par la Ville de Grenoble, que nous partageons avec 3 autres associations :  Cuisine sans frontières, 3 Amie et Beyti.

21/06/2020 – Grenoble # régularisation des sans-papiers

En cette journée internationale des réfugiés, afin de soutenir la régularisation des sans papiers pour le droit de vivre dignement, nous étions nombreux devant la préfecture : simples citoyens avec ou sans papiers, élus, collectifs et associations …

30/05/2020 – Manifestation pour la régularisation des sans-papiers

De 5 à 10 000 personnes suivant les sources pour la manifestation à Paris entre La Madeleine et la République, Manifestation interdite, mais tolérée jusqu’à un certain point …

A Grenoble, un nouveau collectif de sans-papiers avait donné la place de Verdun comme lieu de rassemblement à 14 h et avait fabriqué des banderoles pour l’occasion. Quelques dizaines de personnes sont venues, beaucoup de familles avec mamans et enfants.

Puis, avant 16 h, translation vers la place Victor Hugo où la CISEM avait appelé à un rassemblement. Déploiement des mêmes banderoles sur le côté de la place, le long du passage des trams. Plus de monde, soutiens revenant du rassemblement devant l’hôpital pour le personnel soignant, distribution de tracts, pas toujours bien appréciés par des passants qui préfèreraient que les sans-papiers soient expulsés.

Dé-rassemblement après 17 h, tous et toutes bien décidé.es à continuer puisque le gouvernement fait la sourde oreille à nos demandes, au contraire, il serait question de rouvrir les centres de rétention et de préparer des expulsions pour des pays enclavés dans l’Europe, comme l’Albanie ou la Macédoine etc

Des associations annoncent déjà d’autres rassemblements/manifestations le 13 juin. A suivre …

28/05/2020 – Cédric Herrou : le parquet fait appel

Cédric Herrou avait été relaxé par le Cour d’Appel de Lyon de tous les chefs d’accusation suivant le jugement de la Cour de Cassation. “Fin 2018, la Cour de cassation retenait ce “principe de fraternité” pour annuler la condamnation de M. Herrou et ordonner un nouveau procès devant la cour d’appel de Lyon. Mais Le parquet général de Lyon se pourvoi en cassation contre la relaxe de Cédric Herrou. Lire l’article 

15/05/2020 – Lettre adressée au Président du Conseil départemental

Suite à l’article de Médiapart, qui rapporte les propos violents adressés à des mineurs venus chercher ici un avenir meilleur, une lettre ouverte signée par plusieurs associations, dont l’Apardap, du collectif Migrants en Isère, a été adressée au Président du Conseil départemental. Cette lettre a été envoyée au Procureur et au défenseur des droits. Elle a été envoyée également à toute la presse locale et à des correspondants locaux de journaux nationaux. Lire la lettre 

10/05/2020 – En Isère, un confinement sous la menace pour des mineurs étrangers

« Si vous êtes venus en France pour avoir des actes criminels, vous aurez à répondre de vos comportements criminels. » Le département de l’Isère, qui a pour mission d’héberger les mineurs étrangers, semble avoir choisi la manière forte pour gérer leur confinement. Lire l’article de Mediapart. 

10/05/2020 – Régularisation inconditionnelle et pérenne des personnes sans papiers

Collectivités territoriales, élu·e·s et société civile ensemble pour une régularisation inconditionnelle et pérenne des personnes sans papiers sur le sol français. Le 8 mai 2020 est parue la tribune sur Médiapart, appelant à la régularisation inconditionnelle et pérenne des personnes sans papiers sur le sol français, conjointement à de nombreuses autres initiatives.

La régularisation inconditionnelle et pérenne de l’ensemble des personnes migrantes représente non seulement une réponse éthique et morale qui s’inscrit dans le respect de la dignité et des droits fondamentaux, mais également une réponse aux enjeux auxquels fait face notre pays en termes de santé publique, d’économie et de lien social.

Cette tribune initiée par l’association Anvita – Association nationale des villes et territoires accueillants , dont fait partie Grenoble, s’inscrit en complémentarité à d’autres initiatives déjà publiées et auxquelles Anvita a apporté son soutien. 

08/05/2020 – Masques : nous recherchons du tissu

Souleymane, Aziz et Moumouni, excellents couturiers, se proposent de donner un coup de main pour la fabrication des masques pour les accueillis. Nous vous lançons un appel à retourner vos placards pour y découvrir les tissus inemployés qui dorment depuis longtemps. Il nous faut du tissu 100% coton, trame serrée comme popeline, toile de coton, toile à drap… de l’élastique 4 mm de large, des fils de couleurs. Dès que nous pourrons ouvrir le local rue Le Chatelier, nous vous ferons signe pour que vous y déposiez vos merveilles. En attendant, vous pouvez vous manifester auprès de Marie Carmen  mc.hurard@free.fr . Et si vous vous sentez l’âme couturière, nous serons heureux de votre participation !

07/05/2020 – Soutenons nos soutiens

Avec cette vidéo, c’est avec plaisir que nous relayons le message de Flore Pavy et des salariés sur la réouverture partielle de leurs restaurants, le 5, la Chapelle, Ici-Grenoble, La Veyrie. Infatigables défenseurs du droit des personnes migrantes, Flore et Pierre Pavy sont aussi marraine et parrain à l’Apardap. 

07/05/2020 – EGM / Lettre ouverte : 317 associations et collectifs interpellent le Président de la République pour la régularisation de toutes les personnes sans-papiers

A l’heure où, du fait du contexte sanitaire, de nombreuses initiatives pour la régularisation des personnes sans-papiers voient le jour, les États Généraux des Migrations ont souhaité, dès le 20 avril dernier, affirmer leur soutien à ces démarches tout en rappelant la nécessité que cette régularisation soit immédiate, pérenne et inconditionnelle pour toutes les personnes concernées.

Dans la continuité de cette première initiative, ils proposent aujourd’hui d’aller plus loin et de rassembler ces multiples voix dans un appel commun. Ainsi, le 30 avril 2020, 317 associations et collectifs, œuvrant à l’échelle locale ou nationale, ont, à l’initiative des États Généraux des Migrations, interpellé le Président de la République dans une lettre ouverte à ce sujet.

La diffusion de cette lettre se veut massive. Elle a été relayée auprès de la presse, et transmise à tous les parlementaires. Elle s’accompagne par ailleurs d’un modèle de courrier à l’attention des Préfectures, dont vous pouvez vous emparer pour interpeller massivement les autorités locales en parallèle de cette action collective d’ampleur nationale. 

28/04/2020 – François Herrant : Déguiser une politique migratoire en politique sanitaire

Fermer nos frontières », telle serait pour certains la leçon à retenir de la crise sanitaire, une mesure qu’on aurait dû adopter de longue date. Mais les fermer à qui ? Aux seuls migrants ou à tous les voyageurs internationaux ? Dans nos cerveaux, le projet d’ouvrir ou de fermer les frontières est associé à la politique migratoire. Or, le virus ne fait aucune différence entre le migrant et le voyageur. Il n’a pas d’idéologie, il obéit à la loi des grands nombres et à cette donnée de base : l’immigration représente une part minime des passages aux frontières, moins de 1 %. Une politique de confinement national qui alléguerait la protection sanitaire pour cibler les migrants tout en négligeant 99 % des passages de frontière renouerait avec les errements du passé, bien décrits par l’historien Antonin Durand dans un article de la revue en ligne De facto.

 

18/04/2020 – Jacques Toubon réclame la fermeture des centres de rétention administrative (CRA), ou à défaut “l’arrêt immédiat” du placement de nouveaux étrangers

Le Défenseur des droits a de nouveau réclamé, samedi 18 avril, la fermeture des centres de rétention administrative (CRA), soulignant le risque de contamination au Covid-19 des étrangers qui y sont détenus et critiquant les mesures de protection des autorités.

“Il existe aujourd’hui, dans l’ensemble des CRA français, un risque indéniable de contamination, tant pour les retenus que pour les personnels, portant au droit à la vie et à la protection de la santé une atteinte disproportionnée (…) alors même qu’il n’existe pratiquement aucune perspective d’éloignement à bref délai”, indique le Défenseur des droits Jacques Toubon dans un communiqué. 

 

16/04/2020 – Prise en charge des migrants jeunes majeurs dans le cadre de la pandémie

La grande majorité des associations de Migrants en Isère, dont l’Apardap, ainsi que la Cisem et de nombreuses autres organisations ont signé une lettre adressée le 15 mars au Président du Conseil Départemental concernant la prise en charge des jeunes majeurs de moins de 21 ans.

Nous l’adressons également aux élus du département qui, depuis le départ soutiennent cette lutte afin qu’ils contribuent à faire respecter les droits des jeunes à être pris en charge par le Conseil Départemental. 

 

12/04/220 – Coronavirus en France : en centre de rétention, “des conditions aux antipodes des préconisations

Plusieurs associations demandent la remise en liberté urgente des quelque 900 personnes présentes dans les centres de rétention administrative en France. Des lieux, qu’elles jugent inadaptés aux mesures de protection contre le coronavirus prônées par le gouvernement.

À l’heure où le pays entre dans une période de confinement, l’Observatoire de l’enfermement des étrangers (OEE) s’alarme de voir que des personnes (hommes, femmes, enfants) sont toujours privées de liberté dans les centres de rétention administrative (CRA), les locaux de rétention administrative (LRA), les zones d’attente (ZA).” Face au coronavirus, plusieurs organisations ont appelé mercredi 18 mars à la “libération immédiate” de ces personnes enfermées. “C’est une exigence absolue, tant juridique que sanitaire.” 

 

09/04/2020 – Coronavirus, premier cas confirmé dans un centre de rétention pour migrants

« Une personne retenue vient d’être testée positive au Covid-19 dans les CRA de Paris-Vincennes, où 54 personnes sont encore enfermées », a indiqué jeudi l’Assfam, association qui apporte un soutien juridique aux étrangers dans ce centre.

« La santé et la vie des personnes retenues sont mises en danger dans ces centres, où les mesures sanitaires de prévention et protection contre le Covid-19 ne sont pas, et ne peuvent pas, être mises en place », précise l’association qui a exercé son droit de retrait il y a quelques semaines pour protester contre le maintien en rétention sur fond de pandémie, mais qui poursuit une activité « à distance ».

Il s’agit du « premier cas confirmé dans un CRA », a réagi David Rohi, spécialiste de la rétention à l’association La Cimade, intervenant dans de nombreux CRA. Selon lui, le retenu contaminé est entré en rétention le 7 mars et a « donc été contaminé à l’intérieur » : « C’est exactement ce que nous craignions », a-t-il ajouté.

La personne contaminée a été « isolée dans une chambre individuelle » en attente de transfert en structure hospitalière, a confirmé une source policière. 

 

07/04/2020 – Personnes migrantes en centres de rétention et campements. Désencamper pour protéger

La situation dans les CRA prend de plus en plus d’importance, il est temps si on veut soigner les retenus atteints par le virus et empêcher les autres de l’attraper et de penser aussi au personnel, il en est de même pour les personnes entasser dans des campements …
Michel Agier, anthropologue, avec la contribution de chercheurs et de différents membre d’associations de soutien aux migrants ou aux SDF fait part dans cet article de L’état d’urgence sanitaire qui doit agir comme un révélateur : les CRA et autres lieux où sont parqués les étranger·e.s, sont incompatibles avec le respect des droits. Sans plus attendre, leur fermeture s’impose. Mais au-delà de la période de crise que nous traversons, qui en démontre de façon criante le caractère discriminatoire et mortifère, il faut en finir avec l’enfermement administratif des étranger·e.s. 

 

01/04/2020 – Un collectif demande l’obtention d’une carte de résident pour les personnes migrantes

Nous vivons aujourd’hui une situation de crise sanitaire mondiale inédite face à laquelle les plus vulnérables d’entre nous sont les plus exposés. Aujourd’hui environ 500 000 personnes sans-papiers sont présentes sur le sol français, elles sont environ 4 millions sur le territoire de l’Union européenne, vivant souvent dans des conditions précaires inadmissibles et rendant impossible le respect des mesures préconisées par l’Organiation mondiale de la santé (OMS) pour lutter contre la diffusion du coronavirus.

A l’instar du Portugal, qui accorde un titre de séjour jusqu’au 30 juin, face à la situation de crise sanitaire mondiale inédite, un collectif mené par Michel Agier, directeur d’étude EHESS et plusieurs personnalité intellectuelles ou politique avec le Collectif soutiens/migrants Croix-Rousse-Collège sans frontières Maurice Scève, demande l’obtention d’une carte de résident pour les personnes migrantes afin qu’elles puissent accéder à un travail et à un logement digne. 

21/01/2020 – Pour des politiques migratoires conformes à toutes les exigences de la république

Dans un rapport d’une centaine de pages adressé, mardi 21 janvier, au gouvernement et au président de la République, les auteurs, issus de la haute administration, du monde de l’entreprise, syndical, associatif ou universitaire, préconisent une ouverture du droit des étrangers.

Un repas très convivial ce mardi soir, d’autant plus que c’était jour de galette des rois !Avant cela, nous avons mis le gigot au four et les endives à braiser, éplucher des kilos de pommes, bananes, oranges pour la salade de fruits qui accompagnait la fameuse galette. Nous avons pu faire la connaissance de nouveaux venus, comme Axel qui après un séjour d’un mois au refuge solidaire à Briançon est venu nous rendre visite, Jérôme et Mariama de l’association 3 aMIE, qui accompagne des jeunes isolés étrangers non reconnus mineurs, sont venus également à la rencontre des accueilli.e.s et des bénévoles ainsi qu’Ysore de la compagnie Les Inachevés dirigée par Moise Touré avec laquelle il y aura peut-être un projet de collaboration…Les galettes sont enfin arrivées sut la table, qui va trouver la fève ? suspens… les reines et le roi de la soirée sont Josiane, Mariama et Karamba.

06/01/2020 – Au-delà des barrières : Voix de migrants africains irréguliers en Europe

Cette étude, publiée par le PNUD (Programme des Nations Unis pour le Développement), s’appuie sur l’enquête la plus exhaustive et la plus approfondie réalisée à ce jour concernant les Africains entrés en Europe illégalement à partir de différents pays d’Afrique. L’Apardap a participé à cette enquête en 2018.

Ce rapport fait entendre la voix de celles et ceux qui, jouissant d’une éducation et d’une situation relativement meilleures que celles de leurs pairs, ont fait le choix d’émigrer. Il s’agit essentiellement de jeunes qui ont bénéficié des progrès en matière de développement réalisés par le continent africain au cours des dernières décennies.