Actualités 2020

Page d'accueil/Actualités 2020

10/05/2020 – Régularisation inconditionnelle et pérenne des personnes sans papiers

Collectivités territoriales, élu·e·s et société civile ensemble pour une régularisation inconditionnelle et pérenne des personnes sans papiers sur le sol français. Le 8 mai 2020 est parue la tribune sur Médiapart, appelant à la régularisation inconditionnelle et pérenne des personnes sans papiers sur le sol français, conjointement à de nombreuses autres initiatives.

La régularisation inconditionnelle et pérenne de l’ensemble des personnes migrantes représente non seulement une réponse éthique et morale qui s’inscrit dans le respect de la dignité et des droits fondamentaux, mais également une réponse aux enjeux auxquels fait face notre pays en termes de santé publique, d’économie et de lien social.

Cette tribune initiée par l’association Anvita – Association nationale des villes et territoires accueillants , dont fait partie Grenoble, s’inscrit en complémentarité à d’autres initiatives déjà publiées et auxquelles Anvita a apporté son soutien. 

08/05/2020 – Masques : nous recherchons du tissu

 

Souleymane, Aziz et Moumouni, excellents couturiers, se proposent de donner un coup de main pour la fabrication des masques pour les accueillis. Nous vous lançons un appel à retourner vos placards pour y découvrir les tissus inemployés qui dorment depuis longtemps. Il nous faut du tissu 100% coton, trame serrée comme popeline, toile de coton, toile à drap… de l’élastique 4 mm de large, des fils de couleurs. Dès que nous pourrons ouvrir le local rue Le Chatelier, nous vous ferons signe pour que vous y déposiez vos merveilles. En attendant, vous pouvez vous manifester auprès de Marie Carmen  mc.hurard@free.fr . Et si vous vous sentez l’âme couturière, nous serons heureux de votre participation !

07/05/2020 – Soutenons nos soutiens

Avec cette vidéo, c’est avec plaisir que nous relayons le message de Flore Pavy et des salariés sur la réouverture partielle de leurs restaurants, le 5, la Chapelle, Ici-Grenoble, La Veyrie. Infatigables défenseurs du droit des personnes migrantes, Flore et Pierre Pavy sont aussi marraine et parrain à l’Apardap. 

07/05/2020 – EGM / Lettre ouverte : 317 associations et collectifs interpellent le Président de la République pour la régularisation de toutes les personnes sans-papiers

A l’heure où, du fait du contexte sanitaire, de nombreuses initiatives pour la régularisation des personnes sans-papiers voient le jour, les États Généraux des Migrations ont souhaité, dès le 20 avril dernier, affirmer leur soutien à ces démarches tout en rappelant la nécessité que cette régularisation soit immédiate, pérenne et inconditionnelle pour toutes les personnes concernées.

Dans la continuité de cette première initiative, ils proposent aujourd’hui d’aller plus loin et de rassembler ces multiples voix dans un appel commun. Ainsi, le 30 avril 2020, 317 associations et collectifs, œuvrant à l’échelle locale ou nationale, ont, à l’initiative des États Généraux des Migrations, interpellé le Président de la République dans une lettre ouverte à ce sujet.

La diffusion de cette lettre se veut massive. Elle a été relayée auprès de la presse, et transmise à tous les parlementaires. Elle s’accompagne par ailleurs d’un modèle de courrier à l’attention des Préfectures, dont vous pouvez vous emparer pour interpeller massivement les autorités locales en parallèle de cette action collective d’ampleur nationale. 

28/04/2020 – François Herrant : Déguiser une politique migratoire en politique sanitaire

Fermer nos frontières », telle serait pour certains la leçon à retenir de la crise sanitaire, une mesure qu’on aurait dû adopter de longue date. Mais les fermer à qui ? Aux seuls migrants ou à tous les voyageurs internationaux ? Dans nos cerveaux, le projet d’ouvrir ou de fermer les frontières est associé à la politique migratoire. Or, le virus ne fait aucune différence entre le migrant et le voyageur. Il n’a pas d’idéologie, il obéit à la loi des grands nombres et à cette donnée de base : l’immigration représente une part minime des passages aux frontières, moins de 1 %. Une politique de confinement national qui alléguerait la protection sanitaire pour cibler les migrants tout en négligeant 99 % des passages de frontière renouerait avec les errements du passé, bien décrits par l’historien Antonin Durand dans un article de la revue en ligne De facto.

 

18/04/2020 – Jacques Toubon réclame la fermeture des centres de rétention administrative (CRA), ou à défaut « l’arrêt immédiat » du placement de nouveaux étrangers

Le Défenseur des droits a de nouveau réclamé, samedi 18 avril, la fermeture des centres de rétention administrative (CRA), soulignant le risque de contamination au Covid-19 des étrangers qui y sont détenus et critiquant les mesures de protection des autorités.

« Il existe aujourd’hui, dans l’ensemble des CRA français, un risque indéniable de contamination, tant pour les retenus que pour les personnels, portant au droit à la vie et à la protection de la santé une atteinte disproportionnée (…) alors même qu’il n’existe pratiquement aucune perspective d’éloignement à bref délai », indique le Défenseur des droits Jacques Toubon dans un communiqué. 

 

16/04/2020 – Prise en charge des migrants jeunes majeurs dans le cadre de la pandémie

La grande majorité des associations de Migrants en Isère, dont l’Apardap, ainsi que la Cisem et de nombreuses autres organisations ont signé une lettre adressée le 15 mars au Président du Conseil Départemental concernant la prise en charge des jeunes majeurs de moins de 21 ans.

Nous l’adressons également aux élus du département qui, depuis le départ soutiennent cette lutte afin qu’ils contribuent à faire respecter les droits des jeunes à être pris en charge par le Conseil Départemental. 

 

12/04/220 – Coronavirus en France : en centre de rétention, « des conditions aux antipodes des préconisations

Plusieurs associations demandent la remise en liberté urgente des quelque 900 personnes présentes dans les centres de rétention administrative en France. Des lieux, qu’elles jugent inadaptés aux mesures de protection contre le coronavirus prônées par le gouvernement.

À l’heure où le pays entre dans une période de confinement, l’Observatoire de l’enfermement des étrangers (OEE) s’alarme de voir que des personnes (hommes, femmes, enfants) sont toujours privées de liberté dans les centres de rétention administrative (CRA), les locaux de rétention administrative (LRA), les zones d’attente (ZA). » Face au coronavirus, plusieurs organisations ont appelé mercredi 18 mars à la « libération immédiate » de ces personnes enfermées. « C’est une exigence absolue, tant juridique que sanitaire. » 

 

09/04/2020 – Coronavirus, premier cas confirmé dans un centre de rétention pour migrants

« Une personne retenue vient d’être testée positive au Covid-19 dans les CRA de Paris-Vincennes, où 54 personnes sont encore enfermées », a indiqué jeudi l’Assfam, association qui apporte un soutien juridique aux étrangers dans ce centre.

« La santé et la vie des personnes retenues sont mises en danger dans ces centres, où les mesures sanitaires de prévention et protection contre le Covid-19 ne sont pas, et ne peuvent pas, être mises en place », précise l’association qui a exercé son droit de retrait il y a quelques semaines pour protester contre le maintien en rétention sur fond de pandémie, mais qui poursuit une activité « à distance ».

Il s’agit du « premier cas confirmé dans un CRA », a réagi David Rohi, spécialiste de la rétention à l’association La Cimade, intervenant dans de nombreux CRA. Selon lui, le retenu contaminé est entré en rétention le 7 mars et a « donc été contaminé à l’intérieur » : « C’est exactement ce que nous craignions », a-t-il ajouté.

La personne contaminée a été « isolée dans une chambre individuelle » en attente de transfert en structure hospitalière, a confirmé une source policière. 

 

07/04/2020 – Personnes migrantes en centres de rétention et campements. Désencamper pour protéger

La situation dans les CRA prend de plus en plus d’importance, il est temps si on veut soigner les retenus atteints par le virus et empêcher les autres de l’attraper et de penser aussi au personnel, il en est de même pour les personnes entasser dans des campements …
Michel Agier, anthropologue, avec la contribution de chercheurs et de différents membre d’associations de soutien aux migrants ou aux SDF fait part dans cet article de L’état d’urgence sanitaire qui doit agir comme un révélateur : les CRA et autres lieux où sont parqués les étranger·e.s, sont incompatibles avec le respect des droits. Sans plus attendre, leur fermeture s’impose. Mais au-delà de la période de crise que nous traversons, qui en démontre de façon criante le caractère discriminatoire et mortifère, il faut en finir avec l’enfermement administratif des étranger·e.s. 

 

01/04/2020 – Un collectif demande l’obtention d’une carte de résident pour les personnes migrantes

Nous vivons aujourd’hui une situation de crise sanitaire mondiale inédite face à laquelle les plus vulnérables d’entre nous sont les plus exposés. Aujourd’hui environ 500 000 personnes sans-papiers sont présentes sur le sol français, elles sont environ 4 millions sur le territoire de l’Union européenne, vivant souvent dans des conditions précaires inadmissibles et rendant impossible le respect des mesures préconisées par l’Organiation mondiale de la santé (OMS) pour lutter contre la diffusion du coronavirus.

A l’instar du Portugal, qui accorde un titre de séjour jusqu’au 30 juin, face à la situation de crise sanitaire mondiale inédite, un collectif mené par Michel Agier, directeur d’étude EHESS et plusieurs personnalité intellectuelles ou politique avec le Collectif soutiens/migrants Croix-Rousse-Collège sans frontières Maurice Scève, demande l’obtention d’une carte de résident pour les personnes migrantes afin qu’elles puissent accéder à un travail et à un logement digne. 

21/01/2020 – Pour des politiques migratoires conformes à toutes les exigences de la république

Dans un rapport d’une centaine de pages adressé, mardi 21 janvier, au gouvernement et au président de la République, les auteurs, issus de la haute administration, du monde de l’entreprise, syndical, associatif ou universitaire, préconisent une ouverture du droit des étrangers.

Un repas très convivial ce mardi soir, d’autant plus que c’était jour de galette des rois !Avant cela, nous avons mis le gigot au four et les endives à braiser, éplucher des kilos de pommes, bananes, oranges pour la salade de fruits qui accompagnait la fameuse galette. Nous avons pu faire la connaissance de nouveaux venus, comme Axel qui après un séjour d’un mois au refuge solidaire à Briançon est venu nous rendre visite, Jérôme et Mariama de l’association 3 aMIE, qui accompagne des jeunes isolés étrangers non reconnus mineurs, sont venus également à la rencontre des accueilli.e.s et des bénévoles ainsi qu’Ysore de la compagnie Les Inachevés dirigée par Moise Touré avec laquelle il y aura peut-être un projet de collaboration…Les galettes sont enfin arrivées sut la table, qui va trouver la fève ? suspens… les reines et le roi de la soirée sont Josiane, Mariama et Karamba.

06/01/2020 – Au-delà des barrières : Voix de migrants africains irréguliers en Europe

Cette étude, publiée par le PNUD (Programme des Nations Unis pour le Développement), s’appuie sur l’enquête la plus exhaustive et la plus approfondie réalisée à ce jour concernant les Africains entrés en Europe illégalement à partir de différents pays d’Afrique. L’Apardap a participé à cette enquête en 2018.

Ce rapport fait entendre la voix de celles et ceux qui, jouissant d’une éducation et d’une situation relativement meilleures que celles de leurs pairs, ont fait le choix d’émigrer. Il s’agit essentiellement de jeunes qui ont bénéficié des progrès en matière de développement réalisés par le continent africain au cours des dernières décennies.