Actualités 2021

Page d'accueil/Actualités 2021

04/009/2021 – Forum des associations

L’APARDAP était présente au Forum des Associations qui s’est tenu le 4 septembre au Palais des sports.

Nous avons été heureux d’accueillir de nouveaux bénévoles, parrains/marraines et plus largement d’ informer sur notre association, le parrainage et les activités que nous menons. Nous avons également échangé avec d’autres associations afin d’envisager des partenariats possibles pour améliorer l’accompagnement des accueilli.e.s.

03/09/2021 – Soutien au peuple Afghan

L’Apardap participera au rassemblement du jeudi 9 septembre à 18 h place Félix Poulat à Grenoble en soutien au peuple Afghan, pour exiger un accueil solidaire avec délivrance d’un titre d’asile aux réfugiés et réfugiées. Elle souhaite que La France et ses citoyens soient pleinement investis pour prendre toute leur part à l’hospitalité due à ceux et celles qui, aujourd’hui encore n’ont d’autres choix que de quitter d’urgence leur pays. Cf l’appel de soutien

24/03/2021 – Une découverte, le château de Vizille et son parc

“Mais c’est beau” !

Oui effectivement, le château est impressionnant et le parc magnifique sous le soleil de cette journée. Les oies et les canards sont là, les cygnes devaient être de repos ce jour là, les arbres avec leur ombre, et l’eau est partout.

Une courte balade pour se mettre en appétit et on rigole avant le pique-nique pour savoir si on se met à l’ombre de ces arbres ci ou de ceux-là.  On finit par s’installer pour pique-niquer avec “distances réglementaires un peu à l’ombre et beaucoup au soleil. Après, pour certains, c’est la sieste pour les autres balade, la visite du grand parc au fond avec les cerfs, biches et paons est très appréciée.

C’est déjà l’heure du départ, mais l’enthousiasme est au rendez-vous et nous donne qu’une envie : revenir.

03/03/2021 – Génération identitaire dissous en Conseil des ministres

Le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, avait annoncé en janvier son intention de dissoudre le groupe, lui reprochant un « discours de haine assumé » et son organisation en « milice privée ». C’est désormais effectif. Le conseil des ministres a prononcé la dissolution du groupe d’extrême droite Génération identitaire (GI) le 3 mars 2021.

L’association d’extrême droite avait formé des patrouilles en avril 2018 au col de l’Échelle dans les Hautes Alpes à la frontière franco-Italienne pour empêcher les migrants de franchir la frontière. Lire l’article du Monde

25/02/2021 – Dématérialisation des demandes de titre de séjour jugée illégale par le tribunal administratif de Rouen

En Seine-Maritime comme ailleurs, les personnes étrangères qui demandent un titre de séjour ou un renouvellement à la préfecture sont confrontées, depuis le mois de mars 2020, aux difficultés liées à la dématérialisation de la plupart de leurs démarches administratives.

Le 18 février 2021, le tribunal administratif de Rouen a donné raison aux associations en annulant pour illégalité un arrêté de la préfecture de Seine-Maritime, qui imposait aux personnes étrangères de déposer en ligne leurs demandes de titre de séjour.

La motivation retenue par le tribunal s’applique en fait à toute préfecture imposant la dématérialisation.

23/02/2021 – Le repas du mardi devient le repas du mercredi midi

Par cette journée printanière, nous avons inauguré notre premier repas du mercredi midi à l’intention des accueilli.e.s et des bénévoles.
De belles rencontres avec un menu de choix : hachis parmentier au thon, choux aux lardons et potimarron délicieux avec fromage Basque et breton !!
Mercredi prochain on recommence.
Merci à la Banque alimentaire, notre partenaire.

23/02/2021 – Un grand merci à tous les donateurs de la part du refuge

Notre venue à Briançon était attendue par Pauline, coordinatrice des bénévoles arrivant à l’association Refuges Solidaires. Après avoir déchargé nos 250 kg de denrées, sac à dos, chaussures et chaussettes, Pauline nous a chaleureusement remerciés et offert un café autour de la grande table de la cuisine. C’est un endroit chaleureux où quelques personnes terminent leur petit-déjeuner. Le refuge existe depuis juillet 2017 avec une augmentation des arrivées progressive puis très forte, en moyenne 80 à 90 personnes au quotidien. Le jour de notre arrivée, 35 personnes étaient présentes et déjà nous avions l’impression d’une intensité dans le travail. Deux salariés sont en permanence au refuge, assistés de 6 à 7 bénévoles chaque jour. 5 équipes sont indispensables au bon fonctionnement de cet endroit : Accueil, Linge/ménage, Repas, Vestiaire, Entretien/Logistique.

Leur accueil est inconditionnel, pas de question sur le parcours, le passé, une écoute est possible si les migrants en éprouvent le besoin. Ces quelques jours au refuge sont vraiment un moment de repos, de répit (près de 20% des personnes accueillies sont vues en consultation médicale sur place à leur demande).

Il est à noter qu’il y a maintenant plus de familles arrivant d’Iran, Afghanistan, Pakistan et moins de personnes seules d’Afrique sub-saharienne.

22/01/2021 – Les jeunes majeurs

La mobilisation du boulanger de Besançon pour faire régulariser son apprenti Laye Fodé Traoré a payé. D’autres jeunes, au contraire, bien que soutenus par des associations voient leur destin s’accélérer. C’est le cas d’Abakar, 20 ans élève en CAP de cuisine et sous le coup d’une OQTF, transféré soudainement le 1er février en centre de rétention. MNA_Le-Monde

L’article du Dauphiné Libéré sur le combat des jeunes majeurs en quête de titre de séjour afin de travailler ou finir leurs études sans être “irréguliers” car sans papiers. Situations particulières généralisée ; que ce soit à Grenoble où beaucoup de jeunes (dont nos filleul.e.s) vivent cette situation, au Puy-en-Velay, où le tuteur de Madama est en grève de la faim pour s’opposer à son expulsion. Toutes ces histoires singulières traduisent l’absurdité de cette politique migratoire qui contrevient à l’intérêt général. Quand l’État comprendra-t-il que la régularisation est bénéfique à tous et toutes ?

 

22/01/2021 – Soutien au refuge de Briançon

Le Briançonnais a vu se développer depuis quelques temps un remarquable réseau de solidarité et d’hospitalité venant au secours des exilés qui, au péril de leur vie, franchissent la frontière entre l’Italie et la France et leur offrant, avec le soutien des autorités locales de l’époque, un refuge temporaire.
Hier, Béatrice, une de nos bénévoles accueillantes, a eu au téléphone Pauline coordinatrice du refuge à Briançon. Les mois de décembre et janvier ont été difficiles, beaucoup de monde (principalement des afghans, iraniens, famille avec enfants et homme seul). Heureusement de nombreux bénévoles les soutiennent.

Le refuge a grand besoin de nourriture (thé, café, riz, sucre, sauce tomate, huile…), et également de chaussures de ville, chaussettes, sac à dos et brosse à dent.
Une collecte est organisée par l’Apardap à partir du mardi 26 janvier et vous pourrez déposer les denrées, vêtements ou chaussures en bon état à la Maison des accueilli.e.s, 52, rue Abbé Grégoire, du lundi au vendredi après-midi de 14h00 à 16h30.

Béatrice et Robert, bénévoles accueillants, se rendront à Briançon mi-février pour apporter tous vos dons au refuge.

Nous comptons sur votre solidarité et bienveillance coutumière pour venir en aide au refuge qui est un lieu formidable d’accueil et de soutien aux migrants.

17/01/2021 – Ramenés à la frontière plutôt qu’à l’hôpital

Samedi 16 janvier 2021, un peu avant 16 heures, l’hélicoptère du secours en montagne a déposé une famille exilée au poste de frontière de Montgenèvre au lieu de l’amener à l’hôpital. La manière dont s’est déroulé ce secours, à plus de 2000 m d’altitude, d’un nourrisson de quelques jours, de son frère d’à peine un an et de leurs parents constitue une nouvelle escalade du gouvernement français dans le mépris des droits fondamentaux et la mise en danger des personnes exilées.

L’État militarise la frontière, traque les exilé·es et les reconduit quasi systématiquement en Italie sans même vérifier s’ils souhaitent demander l’asile en France. Cela constitue une violation du droit d’asile, des droits fondamentaux des personnes exilées à la frontière et, comme en témoigne la multiplication des secours en montagne et des hospitalisations, poussent ces derniers à prendre de plus en plus de risques pour rentrer en France.

Au lieu d’accueillir, l’État français rejette le problème, ferme les yeux et ose réprimer les citoyennes et citoyens qui appliquent le principe de fraternité et de solidarité. Ces dernières semaines les forces de l’ordre présentes à la frontière italienne ont augmenté la répression contre les Solidaires. Les contrôles arbitraires, notifications d’amendes, auditions libres et autres pressions envers les citoyens et citoyennes qui chaque soir essaient de porter assistance aux exilés se sont multipliés 

11/01/2021 – Politique d’accueil des mineurs étrangers non accompagnés

La Cour des Comptes a rédigé un Rapport en référé adressé au Premier ministre concernant la politique d’accueil des Mineurs Non Accompagnés. Ce rapport, daté d’octobre et décembre, fait un bilan extrêmement critique de l’action de l’État et des différences de traitement par les départements.
Elle reconnait que l’égalité des droits n’est pas garantie. Elle reconnait que la Protection de l’Enfance n’est pas assurée contrairement aux principes juridiques et moraux de notre pays. Tout cela, les ONG regroupées au sein des États Généraux des Migrations, qui agissent au quotidien auprès des MNA pour les soutenir, le disent et le redisent depuis 4 ans !

Nous regrettons que le rapport de la Cour des Comptes n’aborde pas certains points importants comme :

  • Les raisons géopolitiques et les inégalités qui poussent les MNA sur les routes de l’exil
  • Les attitudes inacceptables de certains Départements (et Présidents de Conseils départementaux qui en portent la responsabilité), lesquels tordent les critères de reconnaissance de la minorité pour éviter d’avoir à accueillir des jeunes…. Et les remettent ainsi à la rue, (y compris les jeunes filles de moins de 15 ans…), les exposant à toutes les formes de violence
  • Les attitudes parfois inappropriées de certains juges des enfants couvrant les exactions et inexactitudes de certains départements.

10/01/2021 – Avoir un toit, un droit inconditionnel à faire respecter

Le manque de logements et d’hébergements est criant sur l’agglomération grenobloise. Le 115 répond le plus souvent « aucune place disponible » aux sollicitations des sans-abris exilés.

Dans cette période de transition durant laquelle des familles, des jeunes majeurs séjournent dans des logements à l’Abbaye à l’initiative du DAL38, il est scandaleux et incompréhensible que l’eau, le chauffage, l’électricité aient été coupés, qui plus est en cette période de grand froid. Il est essentiel qu’ils soient rétablis de toute urgence.

Parmi les migrants que l’Apardap accueille et accompagne, beaucoup d’entre eux sont demandeurs d’asile et devraient être logés par l’Etat : 50% d’entre eux n’ont aucune proposition de l’OFII et se retrouvent à la rue.

Dès qu’ils deviennent majeurs les jeunes qui étaient pris en charge par l’ASE (aide sociale à l’enfance) se retrouvent le jour de leurs18 ans sans hébergement et ainsi empêchés de poursuivre leurs formations, quand ils ne reçoivent pas une OQTF, y compris quand ils sont engagés dans un parcours d’intégration sans problème. De nombreuses familles avec enfants, en attente d’un titre de séjour sont sans solution. Le droit à l’accueil inconditionnel prévu par le code de la famille est très loin d’être effectif pour tous. 

 

06/01/2021 – Bonne année !

Meilleurs vœux, Bonne année et surtout « Bonne Santé, parce que quand on a la santé … ». Cette formule rituelle, banale, résonne aujourd’hui différemment dans ces temps de pandémie mondiale.

Que souhaiter encore à tous les membres de notre association, parrains, marraines, bénévoles, adhérents, membres des collectifs de citoyens ou de collectifs territoriaux, de notre permanence, de nos services civiques, des donateurs, etc… ? Eh bien, de poursuivre leurs efforts sans relâche, avec la satisfaction de voir parfois leur engagement reconnu et au-delà, la mise en œuvre d’une réelle politique d’accueil respectueuse de la dignité et des droits humains des migrants,

Aussi, que ces mots, dans ses vœux, de Janine Chêne, fondatrice de l’Apardap avec Maritsou Traynard,  leur réchauffe le cœur :
« Je suis heureuse de voir ce qu’Apardap est devenue au fil des ans…. En tant qu’artisan lointain de cette association exemplaire, je suis fière de cette réussite et admirative de toutes les actions conduites non seulement par les Accueillants, mais aussi par les bénévoles et tous ceux qui accompagnent et soutiennent nos Accueillis dans tous les aspects de leur existence ».