Actualités  

Page d'accueil/Actualités  

15/04/2018 – Ce qu’il faut retenir de l’interview d’Emmanuel Macron sur BFMTV, RMC et Mediapart sur la loi asile-immigration.

Évoquant les désaccords au sein de la majorité sur la loi asile-immigration, Emmanuel Macron déclare qu’il y a des « discussions légitimes » et un « débat démocratique » dans le groupe La République en marche. Les débats vont reprendre dans l’Hémicycle lundi soir sur ce projet de loi, qui gêne une partie de la majorité. Selon elle, le texte provoquera un recul des droits des aspirants à l’asile. Un long travail de conciliation a été mis en place dans le groupe majoritaire, mais une partie des députés ont cependant déposé par petits groupes des amendements pour contester le texte en commission.

Les députés LRM « sont libres, ils exprimeront leurs convictions », assure le chef de l’Etat. Le chef de la majorité Richard Ferrand a cependant prévenu que les députés qui voteraient contre le texte courraient le risque d’être exclus du groupe. « M. Ferrand il fait son rôle de chef de groupe et il le fait très bien », estime Emmanuel Macron, alors que le style de Richard Ferrand est fréquemment contesté par des parlementaires qui le jugent souvent sec et cassant.

Concernant le délit de solidarité, Emmanuel Macron a indiqué qu’il souhaitait qu’il soit « adapté » – mais pas supprimé. C’est également la volonté de la majorité, qui devait déposer un amendement au projet de loi asile immigration à ce sujet. « Il y a des personnes qui sauvent des vies, a déclaré le chef de l’Etat. Il faut qu’on adapte notre droit, que ce geste d’humanité ne soit pas condamné ». Les députés travaillent à une formulation qui permettrait notamment que l’accueil et l’aide à la circulation de personnes séjournant illégalement sur le territoire français ne soient plus condamnables. (Extrait du Monde 15/04/2018)

08/04/2018 – Table ronde France Terre d’Asile & Fondation Heinrich-Böll-Stiftung, Allemagne

Asile – immigration : Allemagne – France des modèles d’accueil divergents – des questions européennes communes.

France terre d’asile et la Fondation Heinrich Böll se sont retrouvées à l’Assemblée Nationale autour d’une table ronde pour échanger sur les modèles d’accueil réciproques et leur position par rapport à l’Europe. La Fondation Heinrich Böll est proche des Grünen, les Verts allemands, ses thématiques principales sont l’écologie, la démocratie, les droits de l’homme, l’égalité des droits entre les sexes.  France Terre d’Asile est une association fondée en 1971, qui gère les centres d’hébergements des demandeurs d’asile (CADA). Trois grandes questions ont animé la table ronde.

  1. Comment a fait l’Allemagne pour gérer la vague de migrants de 2015 ?
  2. Quelle politique mène-t-elle maintenant ?
  3. Quelles perspectives pour une coopération franco-allemande dans les négociations européennes sur la question de l’immigration ? 

08/04/2018 – Information sur le partenariat Fondation Orange

Notre partenariat avec la Fondation Orange a commencé en septembre 2015 par la réalisation auprès des migrants d’ateliers informatique & Internet grâce aux bénévoles de l’association Orange Solidarité. Nous avons ainsi initié ces personnes au maniement de l’ordinateur jusqu’à la rédaction d’un CV en passant par la connaissance des bases Windows, de la messagerie électronique et le traitement de texte.

Puis nous avons développé cet accompagnement en répondant en octobre 2016  à l’appel à projets sur l’apprentissage du français via le numérique, pour les besoins des femmes migrantes. Notre expérience des ateliers numériques et des cours traditionnels de français nous a permis de mettre en œuvre plus de 60 séances touchant 40 personnes sur l’année 2017.

En complément à ce que fait notre association pour l’accès aux droits et la connaissance des problèmes liées à la vie familiale en France, ce projet a permis de développer une attention particulière à l’apprentissage du français pour ces femmes dont les niveaux de formation de base sont globalement moins développés que celui des hommes.

Ces femmes issues de pays d’Afrique (Congo, Guinée Conakry, Nigéria, Angola, Soudan), de pays de l’Europe de l’Est (Kosovo, Albanie, Roumanie)  sont des femmes célibataires et mères de familles avec enfants ; Il y a parmi elles des insuffisances dans la pratique de la lecture et de l’écriture et des niveaux de base nécessaires à la compréhension. Nous avons donc travaillé avec des organismes et associations pour utiliser les meilleurs outils logiciels disponibles au sein de la maison des associations de Grenoble. 

27/03/2018 – Quel accueil ! Rencontre/débat

Près de 270 personnes ont partagé la rencontre du 27 mars à l’auditorium du musée des Etats Généraux des Migrations 2018 organisée par trois collectifs : Migrants en Isère, la CISEM, et AUI alerte. Une rencontre dynamique qui a été ouverte par une prestation culinaire de Cuisine sans frontières. 80 assiettes avaient été préparées par nos amis « accueillis » et il en a manqué. Le CADTM et ses bénévoles qui vendaient leurs confitures faites maison ont quasiment tout vendu. Cette vente d’une association partenaire, contribue depuis plus de 6 mois à financer une partie des charges d’un logement mis à disposition par l’Apardap en lien avec Un Toit Pour Tous et actuellement occupé par une famille de deux enfants et bientôt trois.  Merci à elle.

Nous étions inquiets de ne pas pouvoir accueillir tout le monde, devant l’affluence de ceux qui n’avaient pas pu réserver leur place. Finalement tout le monde a pu entrer. Beaucoup d’accueillis étaient non seulement présents mais ont pris la parole tout au long de la soirée. Ils étaient également présents grâce aux 4 vidéos d’entretiens réalisées par Céline Legay, étudiante à l’école de journalisme bénévole, et par Françoise Estreguil qui a pris en charge toute la communication de cette rencontre.

Il y eut des moments très forts au cours de la soirée avec notamment cette première table ronde riche de trois témoignages citoyens solidaires et concrets :  deux guides du briançonnais, de 3aMIE, et des Vertaccueillants. Autre moment très attendu la prestation de Serge Slama professeur de droit, universitaire à Grenoble, par ailleurs très engagé sur les questions des migrations. Son exposé clair sur les dangers du projet de loi ont contribué à éclairer les participants et a sans doute renforcé leur envie d’en parler autour d’eux. La soirée s’est poursuivie par une table ronde de trois universitaires Chowra Makaremi qui a travaillé à l’ouvrage « Entre accueil et rejet » ce que les villes font aux migrants, (édition le passager clandestin, quelques exemplaires sont disponibles à l’Apardap), Anne Laure Amilhat Sazy Directrice du laboratoire Pacte sur l’externalisation des frontières, et Dominique Noguières de la Ligue des droits de l’homme qui a insisté sur la nécessité de se battre sans relâche pour le respect des  droits de l’homme pour tous les citoyens français et étrangers.
La parole a beaucoup circulé lors de cette rencontre très riche qui s’est achevée un peu tard par deux courtes conclusions de Denis Hatzfeld pour Migrants en Isère et de Jo Briant pour la CISEM. 

25/03/2018 – Les Indisciplinés aux Détours de Babel

Dimanche 25 mars sous la yourte des Détours de Babel, la troupe des Indisciplinés de l’Apardap présentait sa nouvelle lecture « Ici et là-bas » aussi, un montage de textes issu de l’atelier d’écriture de Léa Pellerey. Le livre regroupant la totalité des textes écrits par les accueillis de L’Apardap vient de sortir et est en vente à l’association.

Le public nombreux et attentif a réservé un accueil chaleureux à ce moment de rencontre et de partage.

 

17/03/2018 – Souad Asla avec les chants de femmes de la Saoura (sud algérien)

Les 4 accueillis inscrits ont été ponctuels et m’ont livré, chacun, leur ressenti à la fin du concert ; je retranscris de mémoire :

« Je suis content d’être venu parce que j’ai découvert quelque chose que je ne connaissais pas d’un pays d’Afrique »

« C’était bien parce que tout était expliqué avant chaque chant, et on comprenait tout même si on ne connaît pas cette langue »

« Le patrimoine, la culture, chaque pays a le sien à conserver. Bien organisé. Rien que des femmes très fortes et courageuses »

« Beau spectacle avec la musique, les chants, la danse. Même des femmes très vieilles qui jouent la musique et chantent » (Deux très jeunes aussi !)

Quant à moi, j’ai vite été touchée par cet ensemble de 11 femmes de tous âges, attachées par une tendresse que l’on ressentait nettement, et le désir de continuer à faire vivre ces chants traditionnels qui sont en train de disparaître. Une joyeuse explosion de chants souvent lancinants, danses, solos de Souad Asla, musique de tambours, tambourins et parfois instrument traditionnel à cordes (habituellement réservé aux hommes) le guembri, les couleurs chatoyantes des vêtements des fête de la Saoura (région d’Algérie). Ces femmes du sud algérien font souffler un vent de liberté. Excellent concert, vraiment.

Télérama leur consacre 3 pages entières cette semaine. Sûr qu’elles vont faire leur chemin !

16/03/2018 – Rencontre/lecture au lycée du Grésivaudan

Chaleureuse rencontre hier toute la journée entre le groupe des lecteurs de l’initiation républicaine et les élèves de six classes de seconde du lycée du Grésivaudan de Meylan.

Les lecteurs ont été bien appréciés, écoutés attentivement, et plusieurs fois applaudis. Ils ont surtout mené très spontanément les échanges qui suivaient les lectures en alternant les questions aux élèves et les réponses personnelles. Merci à eux !

Nous sommes enthousiastes pour poursuivre ces rencontres qu’on sent de plus en plus fructueuses. Un professeur nous a dit qu’elle allait maintenant faire travailler les élèves sur nos textes, un autre prof qu’il avait présenté aux élèves l’APARDAP avant notre venue et fait faire des recherches sur les auteurs africains que nous présentions cette année.

Nous poursuivons au mois de mai avec deux classes du lycée Marie Curie d’Echirolles et une lecture à la bibliothèque du centre-ville dont nous vous communiquerons la date prochainement. Si vous avez des contacts privilégiés avec certains autres lycées, n’hésitez pas à nous les communiquer pour d’autres éventuelles interventions. De même si vous connaissez une accueillie qui serait intéressée pour rejoindre le groupe, bienvenue à elle.

20/03/2018 – Le Conseil constitutionnel valide la rétention des « Dublinés »

Par décision du 15 mars 2018, le Conseil constitutionnel valide la conformité de la loi permettant une bonne application du régime d’asile européen à la Constitution, considérant que ses dispositions ne portent pas atteinte à la liberté individuelle et liberté d’aller et de venir.

Alors que « l’étranger ne peut être placé ou maintenu en rétention que pour le temps strictement nécessaire à son départ et que l’administration doit exercer toute diligence à cet effet », les nouvelles dispositions inversent ce principe en permettant le placement en rétention de l’étranger préalablement à la décision de transfert et durant toute la procédure de reprise en charge, mis à la disposition de l’administration dans un centre fermé.

Pourtant la cour de Cassation avait relevé dans un arrêt du 27 septembre 2017 (17-15.160) que, conformément à l’avis rendu par le Conseil d’État le 19 juillet 2017 (CE, avis, 19 juil. 2017, n° 408919), le placement en rétention administrative ne peut être décidé avant qu’une décision de transfert ne soit notifiée, faute de disposition de droit interne l’autorisant expressément, et ce, quand bien même l’article 28 du règlement l’autoriserait (Règl. (UE) no 604/2013 du Parlement européen et du Conseil, 26 juin 2013 : JOUE no L 180, 29 juin, art. 28).

Ainsi, les neuf sages ont validé la proposition de loi visant à contourner cette jurisprudence, permettant de placer en rétention certains demandeurs d’asile, alors qu’ils ne font pas l’objet d’une mesure d’éloignement. 

Photographies et pointillé de conversations//Nadine Barbançon chez Tangibles

VOUS NE
M’ÊTES PAS IN-
CONNU.E

Comme de nombreux collectifs d’habitants autour de la région grenobloise et en France, le Collectif d’Accueil des Réfugiés du Trièves (CART) reçoit depuis deux ans des hommes et des femmes demandeurs d’asile provenant de nombreux pays, et qui se heurtent au manque de places en hébergement d’urgence.
Ils sont ainsi accueillis temporairement, notamment  par des familles bénévoles, chez eux.
Nadine Barbançon a photographié en 2016 et 2017 ces premières rencontres avec des hébergeurs et leurs hôtes.
Les réfugiés ne sont pas des images à plat sur un écran de télévision. Comment transfigurer l’enjeu de milliers d’inconnus en une relation particulière ? Comment laisser entrevoir la possibilité pour chacun d’être à la hauteur de cet enjeu humain ?
Avec cette première série de photographies et de pointillés de conversation, la photographe nous invite à entendre ce langage intime et universel de la fraternité.

MONESTIER DE CLERMONT Du ven. 1er déc.17 au 12 janv.18  // SAINT MICHEL LES PORTES Du sam. 13 janv. au 09 fev.18  //CHICHILIANNE Du sam. 24 fev. au ven. 23 mars 18 // SAINT MARTIN DE CLELLES Du sam. 24 mars. au SAM. 05 mai 18 // SAINT MARTIN DE LA CLUZE Du sam. 05 mai au ven. 01 juin 18 //  MENS Du Jeu. 21 Juin au Sam. 21 Juillet 18

Nadine Barbançon – P H O T O G R A P H E
06 22 40 03 72
nadine.barbancon@gmail.com

www.nadinebarbançon.com
TANGIBLES EDITIONS

05/03/2018 – AG APARDAP

Près de 130 personnes s’étaient réunies ce soir à la Maison des associations de Grenoble, pour notre Assemblée générale annuelle.

Malgré les baisses de financements publics, nous avons affiché notre volonté de maintenir nos aides aux accueillis, proposer encore plus de solutions d’hébergements, renforcer nos permanences d’accueil et d’orientation, conserver les activités culturelles et d’enseignement, mettre en place un soutien psychologique pour les plus fragiles.

Et toujours plus d’actions de sensibilisation en direction de l’opinion et des élus. Le film « Lignes de partage », co-produit par l’Apardap et sorti en octobre 2017 a déjà été vu par plus de 1.100 personnes en Isère.

Plus que jamais, « nos » accueillis (exilés, demandeurs d’asile…) comptent sur votre générosité, sous forme de dons et de propositions de parrainages.

Nous remercions pour leur présence et leur soutien Amandine Germain, Jean-Loup Macé, Myriam Laïdouni-Denis et France Clot , élus départementaux, régionaux, et métropolitains.

03/03/2018 – ARTE Reportage – Film témoignage de Yolande Moreau entre Calais et Grande Synthe sur les migrants.

Cinquième cinéaste invitée de la série multimédia d’Arte Reportage « Réfugiés ». Ce film est la rencontre de deux auteurs, Yolande Moreau et Laurent Gaudé, avec les migrants. A partir d’une réalité très complexe, le film parvient à brosser un tableau assez représentatif du quotidien des migrants de Calais, mais ce qui fait la force de ce documentaire, peu ordinaire par sa forme, c’est son ton singulier, poétique. 

01 & 02/03/2018 – Convention nationale sur l’accueil et les migrations à Grande-Synthe

Une Convention nationale sur l’accueil et les migrations se tient, les 1er et 2 mars, à Grande-Synthe, à l’initiative de son maire, Damien Carême. En ouverture de cet événement, il propose à la signature des citoyen.ne.s un Manifeste en défense d’une politique réaliste et volontariste d’accueil des demandeurs de refuge, afin de faire de la question des exilés une grande cause nationale. « Ce texte, écrit-il en préambule, a une ambition, celle de réunir des acteurs engagés sur les questions de l’accueil des exilés. Il s’inscrit dans une dynamique d’ensemble, réunissant les associations, les ONG, les élus, pour débattre,proposer et militer sur les droits des exilés au-delà de leur statut. C’est évidemment un texte militant qui se base sur toutes les expériences positives menées déjà danstout le pays lorsque toutes les forces vives travaillent en commun, dans le respect mutuel. » Durant ces deux journées, il sera possible de signer en ligne de manifeste, sur le site de la Convention. 

23/02/2018 – Les Détours de Babel : festival de musiques du monde, jazz, musiques nouvelles du 16 mars au 7 avril

À l’occasion des brunchs, des accueillis de l’APARDAP liront, avant chaque concert gratuit, des textes écrits par eux dans les ateliers d’écriture durant les 3 week-ends du festival, le dimanche 18 mars de 10h30 à 17h quartier Très Cloîtres, le dimanche 25 mars de 10h30 à 17h ainsi que le dimanche 1er avril à partir de 18h au musée Dauphinois. Chaque dimanche vous pouvez assister à trois ou quatre concerts de musique du monde et de jazz gratuitement (voir programme des Détours de Babel). 

20/02/2018 – Communiqué commun, signé par la LDH

Recours des associations contre la circulaire du 12 décembre : la décision du Conseil d’Etat retient l’essentiel des points soulevés par les associations

Par une ordonnance rendue le 20 février 2018, le Conseil d’État a statué sur le recours en référé initié par 28 associations contre la circulaire « Collomb » relative à l’hébergement d’urgence. Cette circulaire autorisait la réalisation de contrôles dans les centres d’hébergement par des équipes mobiles placées sous l’autorité des préfets.
Si le Conseil d’État a refusé de suspendre le texte, il l’a interprété restrictivement en retenant l’essentiel des points qui avaient été contestés par les associations requérantes.  

15/02/2018 – Grève des agents de l’OFPRA

Les agents de l’OFPRA, soutenus par les syndicats ASYL et CGT-OFPRA, ont décidé de se mettre en grève, pour la journée 21 février 2018, aux fins de protester contre le projet de loi « pour une immigration maîtrisée et un droit d’asile effectif » et le projet de décret « portant expérimentation de certaines modalités de traitement des demandes d’asile en Guyane ».

Cette réforme de l’asile, dans une confusion des genres que nous croyions abolie depuis la disparition du ministère de l’immigration et de l’identité nationale, traite à la fois des politiques de l’asile et de l’immigration. En poursuivant un double objectif de gestion des flux migratoires et de rationalisation des dépenses publiques, au détriment du droit d’asile et des demandeurs, elle marque une rupture sans équivoque avec la tradition française de l’asile. 

13/02/2018 – Soutien à la grève de la Cour nationale du droit d’asile

Les avocats du barreau de Paris, doivent être solidaires de l’appel à la grève de la Cour nationale du droit d’asile (CNDA) qui débutera à compter du 13 février. En effet, cet appel à la grève est légitime lorsque l’on prend connaissance des dispositions du projet de loi gouvernemental modifiant de manière drastique les conditions de l’asile dans notre pays.

À titre d’exemple, ce projet de loi asile-immigration durcit considérablement les procédures de demande d’asile, raccourcit les délais de recours, renforce le contrôle de manière à réduire le nombre de réfugiés et à augmenter le nombre d’expulsions.

Sous couvert d’écourter les délais de procédures, il s’agira en réalité d’une limitation sans précédent de l’accès au droit et à la justice pour ces justiciables parmi les plus vulnérables. À cet égard, le projet de loi a diminué le temps passé à l’examen individualisé des demandes à six mois (recours compris), et en réduisant de moitié (un mois à deux semaines) le délai de recours en cas de refus. 

12/02/2018 – Note introductive à la rencontre avec les parlementaires de l’Isère

Il y a urgence à ce que soit débattue et organisée une vraie politique d’accueil des migrants, dans notre pays, et que soit entendus et dépassés l’incompréhension et le profond malaise que connaissent les associations de soutien aux accueillis, lesquelles sont traversées par un triple sentiment de déception, d’indignation et d’inquiétude. C’est dans cette perspective que les collectifs Migrants en Isère et la Cisem ont rencontré des élus de l’Isère afin d’échanger sur la politique actuelle et le projet de loi Asile et Immigrations.

Pour ceux qui ont cru qu’Emmanuel Macron incarnait des valeurs d’humanisme, le décalage entre les intentions affichées et la réalité du pouvoir est grand dans la politique migratoire telle qu’elle s’exprime aujourd’hui. Ainsi, ne paraissent plus guère d’actualité : le discours prononcé à Berlin, le 02/2017 : « la chancelière Merkel, et la société allemande dans son ensemble, ont été à la hauteur de nos valeurs communes ; elles ont sauvé notre dignité collective en accueillant des réfugiés en détresse ». Ou encore, ce discours du 23/06/17 : « Nous devons accueillir les réfugiés, c’est notre devoir et c’est notre honneur » et, enfin, cette forte et belle affirmation, à Calais, le 27/07/17 : « la France démontre qu’elle n’est pas une communauté de sang, mais d’idéaux et de valeurs ».

09/02/2018 – Projet de programme pour les États généraux des migrations 2018 de février à juin 2018

Les grandes lignes de ce projet ont fait l’objet de premières discussions entre le collectif Migrants en Isère, la Cisem et Aui alerte. Certaines propositions issues de ces échanges sont retraduites dans les articles du Dauphiné libéré et de Place Gre’Net suite à une conférence de presse tenue le 08/02 (cf. La presse en parle).

  • Entrent sous le label « États généraux 2018 à Grenoble et en Isère » des initiatives diverses et variées à l’initiative des associations membres des trois collectifs et qui ont pour objet de premières rencontres.
  • Les initiatives prises par chacune de ces associations peuvent donc s’inscrire dans ce cadre. Elles peuvent donc se référer dans leur communication aux États généraux. Ce peut être aussi le cas d’autres associations de Grenoble ou d’Isère qui s’y associent, ainsi que celui d’autres collectifs citoyens de l’Isère.
  • Ces États généraux locaux 2018, initiés par le collectif migrants en Isère, la Cisem et Aui alerte, peuvent donc inclure ces initiatives dans le programme des États généraux rendu public, dans la communication locale, départementale, régionale et nationale. Cela signifie des échanges d’informations dans les deux sens.

Cela permettra de donner du rayonnement aux initiatives, de montrer l’importance d’une dynamique collective et de créer un rapport de force bien nécessaire dans la durée. 

07 au 28/02/2018 – Exposition de tableaux pastel et huile

Des amateurs des cours de l’UIAD (Université Inter-Ages du Dauphiné), pour la 5ème année consécutive, proposent d’exposer leurs compositions à la Maison de l’International de Grenoble au profit de l’APARDAP (Association de PArrainage des Demandeurs d’Asile et de Protection).

Le thème de cette année est : … EX
Ce préfixe est lourd de sens car il propose une dynamique qui pousse dehors, qui reporte au-delà, qui rejette, qui sépare…
Dans le contexte actuel des migrations, trop de mots sont lourds de sens et de conséquences : Exode, Exclu, Exilé, Expulsé, Extradé, Ex
L’APARDAP, en partenariat avec La Maison de l’International, vous invite à découvrir ce que les « apprentis-artistes » ont voulu Exprimer sur ce thème, quelle Expression dans leur art ils nous proposent.
L’APARDAP fête cette année ses 10 ans d’existence au service des migrants (que nous appelons accueillis) et continue d’accompagner et d’aider notamment par le parrainage des étrangers arrivés sur notre sol.

05/02/2018 – Soutien à Bouquins sans frontières

Ibrahima Coulibaly, président de Bouquins sans frontières, malgré ses 8 ans de présence en France, une compagne, un enfant et une parfaite intégration au sein de la communauté grenobloise, est convoqué prochainement en Préfecture par le « service éloignement » pour recevoir une Obligation de quitter le territoire français (OQTF).

Bouquins sans frontières, association créée en 2013, a été intégrée au Pôle solidarité internationale de la Ville de Grenoble. Elle conduit plusieurs actions tant au niveau local qu’international (Sénégal, Guinée).

Ibrahima est l’âme et la cheville ouvrière de Bouquins sans frontières qui repose entièrement sur son activité de coordination, quasiment à plein temps. Bouquins sans frontière ne survivra pas au départ d’Ibrahima et, dans les jours qui viennent, l’association va entamer les démarches en vue de la dissolution.  Pour lire la lettre ouverte  

01/02/2018 – Une très belle soirée au Club de Grenoble avec « Lignes de partage »

Une super projection du film « Lignes de partage » a eu lieu le 1er février au club à Grenoble devant une salle pleine avec 130 personnes. Patrice Ortega pour le Club a ouvert la séance en exprimant sa volonté de faire connaître ce film.

Un nombre conséquent de jeunes étudiants étaient là (notre travail avec les étudiantes du master info com ayant sans doute porté ses fruits) ; peu de bénévoles associatifs (une de l’ADA, et un de Médecins du Monde). Avec Thierry Mennessier, le réalisateur, qui a animé les trois séances de la journée ; trois acteurs étaient là : Kofy toujours remarquable, Reza qui vient d’obtenir le statut de réfugié il y a 5 jours soit après un an et 6 mois d’attente -émouvant-, Chriss et un migrant dans la salle. 

01/02/2018 – Le parrainage bientôt en Allemagne ?

A l’occasion de la cérémonie de parrainage du 26 janvier, l’APARDAP a reçu deux représentants de l’église protestante de Hambourg et deux émigrés en Allemagne fondateurs de l’association Akonda qui accompagne leurs pairs dans leurs démarches et leur insertion.

Le lien entre l’APARDAP, l’église protestante et l’association Akonda s’est fait par le biais de migrants qui avaient été en France et leur avaient parlé du parrainage. Ils avaient reçu l’APARDAP il y a quelques mois pour mieux connaître nos initiatives. Nous les avons donc invités en retour à la cérémonie de parrainage. La délégation a été reçue vendredi matin à la maison de l’International, et a ensuite rencontré l’adjoint au maire, délégué aux solidarités internationales. Dans l’après-midi, ils ont participé à la cérémonie de parrainage qui se tenait à l’hôtel de ville de Grenoble et samedi, après un déjeuner convivial, nous les avons accompagnés dans la découverte de la ville en montant à la bastille avec les bulles.

Ils se sont montrés enthousiasmes à propos du parrainage : « génial », « très chaleureux » etc., et aimeraient s’en inspirer en l’adaptant à leur contexte particulier.

01/02/2018 – Une première lecture du texte de loi Asile et immigration

Une première lecture du texte m’inspire ces toutes premières réactions ; mais il est nécessaire que l’on travaille collectivement ce texte.
Cette loi est une loi complète sur l’asile et sur l’immigration et qui concerne tous les étrangers en ce sens qu’elle contient un important chapitre limitant l’accès au séjour en droits et en durée y compris me semble-t-il pour l’immigration « choisie » « étudiants, chercheurs…

C’est aussi un projet qui lie en permanence demandeurs d’asile et protection contre le terrorisme et délits possibles, qui aggrave les dispositifs de mises en rétention, d’assignation  à résidence et d’OQTF, de modalités d’éloignement… En outre ce projet donne les moyens de procéder par ordonnances notamment pour les droits à  séjour.  Durcissement et fermeture tous azimuts. 

Pour lire le texte du projet de loi 

26/01/2018 – Cérémonie de parrainage à la mairie de Grenoble

L’Apardap organisait ce vendredi 26 janvier une cérémonie de parrainage républicain à la Mairie de Grenoble. Une union symbolique qui est la spécificité de l’association. L’objectif : des citoyens français engagés qui accompagnent et soutiennent des demandeurs d’asile.

« C’est une bataille contre les préjugés, la haine, la violence administrative mais aussi parfois la violence de certaines forces policières ». Les mots de Patricia L’Écolier, co-présidente de l’Apardap (Association de parrainage républicain des demandeurs d’asile et de protection), révèlent les difficultés auxquelles doivent faire face les demandeurs d’asile dans l’hexagone. Le salon d’honneur de la Mairie de Grenoble est comble. Nombreux sont ceux qui ont fait le déplacement pour cet événement solennel : une cérémonie de parrainage républicain, organisée par l’Apardap. Cinquante au total seront célébrés durant la soirée.

« Un engagement réciproque et symbolique, devant les élus de la république », définit la co-présidente aux parrains, marraines, et filleuls présents dans l’assemblée, « et qui donne à votre acte et à votre signature une force inestimable : celle de l’évidence, de la légitimité de notre combat à toutes et tous ici réunis ». 
Pour lire le discours prononcé par la co-présidente de l’APARDAP lors de la cérémonie parrainage 
Pour voir la vidéo du discours prononcé par la co-présidente de l’APARDAP 
Pour lire le discours prononcé par Ibrahima Coulibaly, de l’association Bouquins sans frontières 

19/01/2018 – Le Patio sur le campus universitaire, un bel exemple de solidarités croisées.

Depuis le 4 décembre 2017 une cinquantaine de migrants sont accueillis dans un bâtiment de l’université alors qu’ils étaient tous contraints de dormir dans les rues et les parcs de Grenoble.

À l’initiative de cet accueil, un groupe d’étudiants de la Tambrouille, lieu de convivialité décide d’occuper un amphithéâtre de l’université langues et lettres avec une trentaine de migrants à la rue.

Très vite, les responsables de l’Université Grenoble Alpes acceptent de négocier avec les étudiants qui dès le début de l’occupation avaient fait appel à des soutiens solidaires extérieurs à l’université, parmi eux des membres du DAL et des collectifs solidaires. L’APARDAP s’est rapidement prononcée en soutien à cette action qui a pour but de trouver une solution humanitaire d’accueil, d’interpeller la préfecture et en même temps de s’assurer que les forces de l’ordre n’interviendraient pas. Les craintes étaient fortes parmi les migrants car la circulaire Collomb venait de paraître. 

11/01/2018 – Dalloz – Note de synthèse présentant le projet de loi asile-immigration par Pierre Januelle

Le gouvernement a diffusé aux associations une note de synthèse présentant le projet de loi asile-immigration. Le texte sera présenté par Emmanuel Macron lors de son discours à Calais et devrait être adopté en conseil des ministres courant février.

Ce projet de loi se veut être la suite législative du plan « garantir le droit d’asile, mieux, maîtriser les flux migratoires », présenté le 12 juillet dernier (V. Dalloz actualité, 13 juill. 2017, art. J.-M. Pastor ). Politiquement, les textes en matière d’immigration se doivent de présenter un « équilibre » : améliorer la situation des bénéficiaires de l’asile et de certaines catégories d’étrangers (« talents », étudiants, victimes de violences sexuelles, … ), tout en accélérant les procédures et en renforçant « l’efficacité et l’effectivité des procédures d’éloignement » des autres. C’est pour cette raison que lors de la précédente mandature, les députés socialistes s’étaient opposés à ce que l’asile et l’immigration fassent l’objet d’un texte unique. 

11/01/2018 – Que contient le projet de loi asile imigation

Edouard Philippe devait présenter jeudi au monde associatif un texte qui inscrit la politique française dans une dissuasion migratoire systématique. La trame de la loi asile-immigration, telle qu’elle a été communiquée aux associations et devait être présentée par le premier ministre Edouard Philippe jeudi 11 janvier au monde associatif, inscrit la politique française dans une dissuasion migratoire systématique. Le texte définitif, qui devrait être présenté en février en conseil des ministres, ne s’inscrit pas vraiment dans l’approche « mieux accueillir les réfugiés » et « mieux renvoyer » sur lequel le gouvernement communique, préférant le tout-répressif. 

10/01/2018 – Visite du Maire de Grenoble à Montgenèvre

Le maire de Grenoble, Eric Piolle, s’est rendu à Montgenèvre à proximité du Col de l’Echelle, entre France et Italie, pour lancer un appel au président Macron. Il dénonce « l’absurdité » des reconduites à la frontière dans une vidéo publiée ce mercredi 10 janvier 2018.

Coup de gueule du maire de Grenoble. Dans une vidéo de deux minutes qu’il vient de publier sur YouTube sous le titre : « Migrants : N’ayez pas peur Monsieur le Président », Eric Piolle se met en scène pour dénoncer avec grandiloquence l' »absurdité » des reconduites à la frontière.

Il s’est rendu sous le Col de l’Echelle, dans les Hautes-Alpes, entre France et Italie. Un col qu’il a rebaptisé « col de l’absurde ». Les pieds dans la neige, le maire de Grenoble explique « C’est ici que le gouvernement demande à notre police des airs et des frontières de ramener les migrants à 150 mètres du panneau « France » ». Il explique l’incompréhension des migrants et celle des habitants du territoire qui sont « offusqués que l’on puisse traiter des humains comme cela ». Et appelle le président Macron à changer les règles du jeu pour « être à la hauteur de l’Histoire de la France » 

23/12/2017 – Expo/débat « La laïcité en questions »

Dans le cadre de l’initiation républicaine, formation assurée par l’APARDAP, un débat s’est tenu le 23 décembre 2017 à la Maison des associations, sur le thème « La laïcité en questions ».

Le public était invité à venir voir, avant le débat, l’exposition présentée sous ce titre dans la salle des conférences. Réalisée par la Bibiothèque Nationale de France, cette exposition a été envoyée gracieusement par la BNF à l’APARDAP et sera présentée dans le hall de la Maison des associations, avant l’été, pendant 45 jours. Voir l’exposition sur le site de la BNF http://classes.bnf.fr/laicite/

En avant-première, donc, une brève présentation de cette exposition consistant en 10 grandes affiches, chacune abordant, à l’aide d’images et de textes, une question essentielle (ex. « La laïcité, ennemie des religions ? », « Jusqu’où respecter les différences ? », « Peut-on rire de tout ? »).

Le débat s’est engagé à partir de ces questions. Présidé par Bernard Pouyet, co-Président de l’APARDAP, et introduit par Jean-Pierre Carlet, professeur de philosophie, ancien enseignant à l’IUFM, il a été très nourri, du fait de la diversité des questions posées par les auditeurs, auxquelles Jean-Pierre Carlet, très à l’écoute, a apporté des réponses argumentées, sachant à la fois dégager les enjeux philosophiques des interventions et en envisager les conséquences pratiques. Maurice Carrel, fondateur du Cercle laïque de Grenoble, animait également le débat.

22/12/2017 – Rapport de l’OIM sur la vulnérabilité des migrants

Selon un nouveau rapport publié le 22 décembre par l’OIM, il existe des facteurs de risque spécifiques associés à la vulnérabilité accrue des migrants, en route vers l’Europe, à l’exploitation, à la violence, à la maltraitance et à la traite. Le rapport, intitulé Migrant Vulnerability to Human Trafficking and Exploitation: Evidence from the Central and Eastern Mediterranean Migration Routes (en anglais), analyse les données quantitatives sur les facteurs de vulnérabilité et sur les expériences personnelles de maltraitance, de violence, d’exploitation et de traite recueillies au cours des deux dernières années auprès de 16 500 migrants dans sept pays.

Même si d’autres rapports de l’OIM ont déjà révélé l’ampleur de l’exploitation le long des principaux itinéraires migratoires vers l’Europe, ce rapport est le premier à identifier les facteurs clés associés à la vulnérabilité accrue des migrants à l’exploitation et à la traite pendant leur périple. Les données proviennent de la Matrice de suivi des déplacements (DTM) de l’OIM. 

22/12/2017 – Reportage de TMC à l’hôpital de Briançon avec des migrants secourus et la maraude des montagnards.

 » Ils sont cocasses ces États qui mettent des frontières sur les montagnes, ils les prennent pour des barrières… Les frontières fonctionnent dans la plaine. On dresse des barbelés et personne ne passe. Impossible en montagne. »

Eri De Luca – « La nature exposée »

Voir le reportage de TMC 

18/12/2017 – Journée internationale des Migrants : premier bilan

La journée internationale des migrants a été l’occasion de premières initiatives des États généraux des migrations nationaux à Grenoble, à Menton, dans le Briançonnais.

À Grenoble

Ce 18 décembre, de tomber la neige ne s’est pas arrêtée. Quel temps approprié pour mettre l’accent sur l’urgence sociale que constituent les graves problèmes d’hébergements. Ce jour là, nous étions au moins 200 devant la préfecture, avec nos couvertures de survie et quelques tentes, à l’appel de trois collectifs représentant près d’une centaine d’associations : Le collectif migrants en Isère, la CISEM et Aui Alerte. Nous avons demandé une rencontre au Préfet. Migrants en Isère et Alerte rencontrent la DDCS (Direction départementale de la cohésion sociale) sur la question de l’hébergement demain mardi matin, rencontre prévue de longue date. Les trois collectifs ont pris la parole pour dénoncer la gravité de la situation ainsi que la circulaire Collomb que le défenseur des droits, Monsieur Toubon, condamnait le matin même sur France inter en relevant qu’elle était en contradiction avec le droit à l’hébergement inconditionnel. Plusieurs élus de la ville de Grenoble étaient présents : Bernard Macret Adj chargé des relations internationales, Alain Denoyelle Adjoint chargé du social et du CCAS, Kheira Capdevon adjointe, Christine Garnier Vice-président habitat, Alpes métropole. 

07/10/2017 – Cérémonie de parrainage à Renage

Ce samedi matin, 120 personnes ont assisté aux 28 parrainages qui se sont déroulés à la Mairie de Renage dans une ambiance conviviale et émouvante.
Amélie Girerd, Maire de Renage et conseillère départementale, a présidé la cérémonie et, à cette occasion, a prononcé un discours aux intonations républicaines et humanistes.

Au-delà des mots, il faut passer aux actes concrets et le parrainage citoyen en est un. Il permet de soutenir et d’accompagner des êtres humains qui ont un nom et une histoire afin de leur assurer un avenir.
La cérémonie s’est achevée autour du pot de l’amitié.

Merci à tous les parrains qui se sont engagés.

28/09/2017 – Un rallye républicain

Beau moment apardapien que ce rallye républicain ensoleillé dans les rues de Grenoble à la recherche des grands noms de l’histoire de la République française.

En cette belle après-midi d’automne, nous étions bien une vingtaine à arpenter studieusement les cours, avenues et rues de Grenoble pour mieux connaître notre ville et ce qu’ont fait de leur vie des Jean Jaurès, Nicolas de Condorcet, ou Victor Hugo, Jules Ferry, Marie Reynoard, Eugène Chavant ou Hubert Dubedout et tant d’autres illustres personnages.

L’enthousiasme était au rendez-vous et nous donne envie de poursuivre sur d’autres aventures et rendez-vous comme ceux que propose « Partage et découverte » dans le programme septembre / octobre 2017.
Une mention particulière pour la sortie prévue le jeudi 12 octobre à la découverte du Vercors qui nous entraînera de la spéléologie à l’histoire de la Résistance.

Le rallye républicain en vidéo, par Patrick L’Ecolier 

21/09/2016 – L’APARDAP à la Bastille !

Le 21 septembre, suite à la demande d’un des accueillis de l’Apardap, une partie de l’association s’est rendue à la Bastille. L’idée était de découvrir (ou redécouvrir pour certain) un des lieux les plus touristiques de Grenoble ainsi que de se changer un peu les idées. Pierre Michaud, Anne Villegier et Maritsou Traynard : des bénévoles très actifs de l’association, accompagnaient la sortie, ainsi que Jeanne Phelippeau en service civique à l’Apardap.

Après avoir pris les bulles pour monter jusqu’en haut, nous nous sommes promenés sur le site de la Bastille, fort militaire construit au XIXème siècle et surplombant de 264 mètres la ville de Grenoble. Cette sortie a été l’occasion de faire un peu d’histoire notamment grâce à Anne Villegier qui s’est avérée très bien connaitre l’histoire de la ville de Grenoble et s’est improvisée guide touristique pour quelques heures.
Lire la suite de l’article

04/08/2016 – L’APARDAP au Bois français

Située à environ 15 km de Grenoble entre Saint Ismier et le Versoud, la base de loisirs du bois français attire de nombreux visiteurs pendant la période estivale. Ce jeudi, un groupe d’accueillis de l’APARDAP s’est rendu au lac du Bois français accompagné de Jeanne, volontaire en service civique et de Patricia L’ECOLIER, co-présidente de l’association.

Loin de la chaleur de Grenoble, la journée a été l’occasion de pique-niquer et de se rafraîchir en se baignant dans le lac. Au total plus d’une vingtaine d’accueillis ont répondu positivement à la sortie proposée par l’association. S’est également jointe à nous, l’équipe de tournage du documentaire de Thierry Mennessier , « Lignes de Partage », film qui retrace le quotidien des migrants à Grenoble.
Lire la suite de l’article 

11/06/2016 – L’APARDAP rend hommage aux tirailleurs sénégalais

Dans le cadre de l’atelier « Initiation Républicaine », dont l’objectif est de faire découvrir et de socialiser les accueillis avec les valeurs de la République française, le 11 juin 2016 l’APARDAP s’est rendue en visite au tata sénégalais de Chasselay  ainsi qu’à la nécropole de la Doua.

Au début de la seconde guerre mondiale plus de 100 000 soldats issus des colonies sont enrôlés pour défendre la France face à l’Allemagne nazie : huit régiments de « tirailleurs sénégalais » prennent donc part au conflit.

Retour sur cette journée et sur une partie de l’histoire française qui n’est que très brièvement mentionnée dans les manuels d’histoire …
Lire la suite de l’article

04/06/2016 – L’APARDAP à la fête des Tuiles

La journée des tuiles ou les prémices de la Révolution française

Pour commencer, il n’est pas inutile de remonter aux origines de la journée des Tuiles en faisant un peu d’histoire… Le 8 mai 1788 le garde des Sceaux M. de Lamoignon et Louis XVI mettent en place des nouvelles réformes qui réduisent le rôle des parlements avec notamment la suppression des droits de remontrance (droit pour les parlementaires de contester un édit royal). Désormais, l’enregistrement de nouveaux édits sera confié à une cour spéciale dont les membres seront désignés par le roi lui même.  Faute de l’accord des parlementaires, le roi utilise la procédure de « lit de justice » pour entériner cette nouvelle réforme, c’est à dire que cette nouvelle loi est acceptée sans l’accord des parlementaires. Ordre est donné aux parlementaires du Dauphiné de quitter la ville. Cependant les grenoblois vont se révolter contre ce passage en force : le 7 juin 1788 les habitants jettent des tuiles depuis le toit de leur maison sur les soldats envoyés par le pouvoir royal. Par la suite, des états généraux du Dauphiné seront convoqués et se dérouleront le 21 juin 1788 au château de Vizille. Ils réclament le rétablissement des parlements, le vote par tête et non plus par type ainsi que la réunion d’Etats généraux du royaume. Le roi cède et accepte la convocation d’Etats généraux en mai 1789…
Lire la suite de l’article